Quand le matérialisme s'en mêle…

Les conservateurs canadiens: Les champions de l’interventionnisme!

Posted in Uncategorized by sylvainguillemette on 30 mai 2012

La patience des conservateurs

En à peine 5 jours, les Conservateurs d’Ottawa ont trouvé suffisante, la durée des négociations entre le «Canadian Pacific» et ses employés, pour arbitrairement trancher en faveur de l’employeur. En effet, contre toutes attentes quant au discours idéologique du laisser-faire capitaliste habituel des conservateurs, bien au contraire, ces derniers brandissent aujourd’hui «l’économie», comme raison valable d’une telle intervention, dite «spéciale» de l’État dans un litige employeur/employés.

Mais alors, si l’économie est une bonne raison pour l’intervention de l’État, pourquoi les conservateurs n’appliquent-ils pas irrémédiablement ce principe dans tous les autres contextes? Tout simplement parce que les conservateurs ne sont que les valets de ceux qu’ils défendent bec et ongles, ce sont les laquais des employeurs et non ceux du peuple, comme ils se devraient pourtant d’être, vu leur titre d’élu «populaire». Ils n’appliquent d’ailleurs leur idéologie, que lorsque cela avantage leurs amis bourgeois et leurs intérêts limitrophes qui, sait-on, pourraient allonger leur carrière après celle-ci, sinon les commodités d’une retraite bien dorée. Mais n’est-il pas ironique et sensé de dire que : Les conservateurs, en brisant les retraites des travailleurs, arrangent la leur?

Les rois de l’économie gaspillent les fonds publics sans compter…

Les conservateurs se disent champions de l’économie, mais ce n’est pas ce qu’ils défendent, de toute évidence. Un employé qui se voit diminué en salaire, ou en pension de vieillesse, ne voit pas son pouvoir d’achat grandi, tout au contraire et il n’est pas nécessaire d’être comptable pour s’assurer d’une telle équation. Il m’apparait clair que le pouvoir d’achat réduit des travailleurs, ne peut que les limiter dans leurs dépenses, donc dans leur devoir respectif de consommateurs –aux yeux des capitalistes-, faisant rouler l’économie. Mais voilà que les conservateurs vident les coffres de l’État, pour refiler aux travailleurs, le fardeau de leurs services perdus au public, que ces derniers devront retrouver, plus coûteux per capita, au privé.

Et pourtant, les conservateurs arguent que l’économie est leur priorité absolue, ce qui cache mal, quand on aperçoit le gaspillage étatique depuis leur arrivée à Ottawa, la vérité absolue. F-35, lac artificiel et tout le tralala au G-20, et une panoplie de petits et grands scandales chez la députation conservatrice, quant aux montants d’argent illégalement redistribués dans les circonscriptions lors de campagnes électorales. Sinon la mission libyenne, un Coup d’État plutôt, qui aura coûté bien plus cher que prévu, tant en vie humaines, que les conservateurs disent chérir, qu’en deniers publics. Et de fait, cette agression de l’OTAN n’aura servi qu’à troquer un régime pour un autre, à la saveur des conservateurs celui-là. Mais encore, n’oublions pas les prisons, les impôts baissés au maximum pour les grandes entreprises et la facilitation pour les minières et les pétrolières, du pillage de nos richesses naturelles…, et j’en passe.

Les conservateurs ne peuvent plus se cacher derrière un masque, ils ne peuvent plus se prétendre le parti du p’tit peuple, le parti des régions, ni le parti de l’économie, puisque ce n’est visiblement pas ce qu’ils défendent dans les faits. Les conservateurs ont un autre agenda, que celui de servir ceux et celles qui les ont élus. Ils ont décidé de porter l’étendard patronal au parlement, comme d’autres portent le carré rouge dans la rue. Ce sont les champions de l’interventionnisme économique et ils se tiennent très loin de leurs promesses en ce sens, que les conservateurs veulent le moins d’État possible. Tout compte fait, ce n’est pas l’État que les conservateurs détestent, mais bel et bien le peuple auquel il était destiné et pour lequel et par lequel, il a été créé. Les conservateurs détestent les syndicats également, soit des associations populaires, issues du peuple, elles aussi. Les conservateurs détestent les mouvements sociaux, sauf quand ils appellent au retour à la peine de mort et à la condamnation de l’avortement, ce qui ne les empêche pas de larguer des bombes sur les femmes enceintes, des pays où le peuple tient véritablement l’État.

Le masque

Bref, les conservateurs portent un masque. Celui de la «démocratie», celui de l’«économie» et celui de la dignité humaine. Mais il n’en est rien. Là où les Humains quémandent, les conservateurs balaient de leur inconscience, de leur insouciance et de leur indifférence, surtout. Les conservateurs se fichent du peuple, comme ils se fichent d’être incohérents, avec leurs beaux discours sur les droits humains, alors qu’en même temps, ils collaborent avec des dictatures, sinon, en installent de nouvelles avec leurs alliés de l’OTAN.

Le courant libertarien devra attendre un autre poulain, pour voir ses rêves se réaliser. Stephen Harper n’a que faire, de leurs principes utopiques. Sinon, c’est que leur utopie risque de se confronter à la réalité capitaliste, laquelle n’a pas besoin d’État pour converger les intérêts de la minorité parasitaire bourgeoise, contrairement à ce que prétendent ces hurluberlus d’une autre époque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :