Quand le matérialisme s'en mêle…

Justice Internationale, mythe ou réalité?

Posted in Uncategorized by sylvainguillemette on 21 décembre 2011

La Justice Internationale existe-t-elle? Ceux qui prétendent la servir sont-ils conséquents?

Ne trouvez-vous pas qu’il y de l’hypocrisie chez les pays les plus puissants de la planète? Posons-nous la question suivante : Les pays qui par exemple critiquent la répression en Syrie, n’ont-ils pas commis les mêmes gestes regrettables qu’ils accusent le régime Syrien d’avoir commis, à l’endroit d’innocents dans plusieurs pays souverains qui ne leur appartenaient pas, où visiblement, des intérêts mercantiles les titillaient?

Quelques contradictions 

Les États-Unis d’Amérique ont envahi pratiquement tous les pays de la planète et ils ne s’en sont jamais excusés, comme la Grande-Bretagne et la France, ou d’anciennes puissances coloniales, portugaises comme espagnoles. Et voilà que l’ensemble des pays occidentaux accusent sans preuve, ni corroboration intérieure de la Syrie, le régime syrien d’avoir fait 5000 morts parmi la population civile. Or, on a vent via les mêmes médias conciliants de la dictature bourgeoise, que les forces syriennes avaient elles aussi eu des pertes importantes. Il y a donc eu riposte de la part des manifestants «pacifistes», de ce qu’on peut observer. Ma question : Quel État de Washington, Paris, Londres ou Ottawa, accepterait de telles initiatives de la part des manifestants, manifestement devenus «hostiles» et autre chose que «pacifiste», quelque chose comme «violents», sur leur territoire?

Et puisque ces États appliquent cette mesure dans ces pays lointains, pourquoi ne nous laisseraient-ils pas manifester armés par exemple, ici, dans nos capitales? Ils peinent à nous laisser occuper des parcs qui nous appartiennent, ici… Mais quand même, il faut comprendre que les capitales bourgeoises du monde demandent à Damas de rester de glace devant l’évidence d’une révolte organisée de l’extérieur, par ces mêmes capitales bourgeoises! Faut le faire!

À Montréal, une pancarte de propagande est quasiment considérée comme une arme et des agents du SCRS et de la GRC quadrillent toutes les manifestations d’ordre économique, munis de leurs appareils photo et vidéo, souvent masqués eux-mêmes de cagoules. Des polices politiques en quelque sorte. Ce que ces États acceptent dans les pays qu’ils dominent de leurs laquais, leurs pions, et ce qu’ils soutiennent d’ailleurs financièrement, ils ne le permettent pas ici, chez nous, pour nous. Car c’est ce qu’il faut conclure chez nos chefs d’État, soit le refus de respecter et faire respecter les lois internationales, qu’ils imposent aux autres. «Faites ce que je vous dis de faire, pas ce que je fais.»

Au Vietnam, il y a eu plus de 4 millions de morts lors du conflit que les États-Unis d’Amérique ont initié et cela, seulement en ce qui concerne l’épandage de l’Agent Orange et des autres défoliants chimiques. Washington n’a jamais payé cette agression horrible qui d’ailleurs, continue de faire des victimes, même en 2011 et fort probablement pour quelques décennies encore, voire plus longtemps encore, tant avec les effets néfastes des produits chimiques que par les mines anti-personnelles qui jonchent le pays agressé. En effet, l’Agent Orange et les divers autres produits chimiques qui ont été largués sur le pays agressé ont atteint la nappe phréatique de ce dernier à plusieurs endroits et cela perturbe évidemment, gravement la santé des Vietnamiens. Les malformations ne sont pas rares, voire fréquentes. Il faut dire merci à John F. Kennedy puisque c’est lui qui autorisa la mission «Trail Dust»… Mille neuf cent-soixante-un, le Président Kennedy occupe la Maison Blanche et donne le feu vert à cette gigantesque guerre chimique appelée au départ « Opération Trail Dust » (traînée de poussière) avant de se révéler « Opération Hadès » : Dieu des morts et des enfers chez les Grecs. Puis vite rebaptisée « Opération Ranch Hand » (ouvrier agricole), parce que plus insignifiante.  ….. QUANTITÉS : Dix années sont nécessaires pour pulvériser 84 000 000 de litres de défoliants….. Le « Rapport Stellman », qui est l’étude référence incontestée sur l’utilisation des défoliants au Viêt Nam, estime jusqu’à 4 800 000 le nombre de victimes potentielles ou silencieuses sprayées. Attention, ce chiffre ne tient pas compte des victimes empoisonnées ultérieurement par la chaîne alimentaire durant plus de quarante ans, ni de la progéniture des trois générations qui ont suivi jusqu’à ce jour. Les victimes passées et présentes sont des millions. Combien sont à venir ?

…»).

Ils sont où, la CPI et le TPI, lorsque ces pays violent les lois qu’ils imposent aux autres? L’ONU qui s’insurge contre les 5000 morts de la Syrie, des prétentions qu’on ne peut corroborer, demeure de glace envers Washington, qui en a fait plus de quatre millions au Vietnam et un autre million en Irak? Elles sont où, les sanctions économiques contre ces fautifs?

Israël l’intouchable, a, rappelez-vous, massacré plus de 1100 civils au Liban en 2006, lors d’une agression visant à affaiblir, voire à détruire le Hezbollah. Quelques villes furent totalement détruites et plusieurs structures essentielles; hôpitaux, écoles, centrales électriques, ponts, etc.., furent également détruites. Pour ce, Israël n’a pas lésiné sur les moyens. Tel-Aviv a autorisé l’usage de phosphore blanc dans un dessein offensif, ce qui est illégal au regard des lois de la guerre internationales, c’est donc un crime de guerre patent, comme la destruction d’ailleurs, des structures essentielles habitées par des civils. Il y a donc eu usage d’Armes de Destruction Massive de la part d’Israël, ce qui ne serait certes pas permis dans nos manifestations pacifistes ou de la part d’un État moins accommodant aux intérêts de la bourgeoisie, comme ce fut le cas pour l’Irak, ou la Libye.

En Irak, Washington a envahi un pays souverain, dont les limites auraient du limiter le droit de gérance des États-Unis d’Amérique. Les chiffres jouent entre 900 000 morts et 1.2 millions de morts et là encore, des armes chimiques ont été utilisées. En 2004, Fallujah fut pratiquement détruite et bombardée de plusieurs méthodes; NAPALM, artillerie anti-infanterie, phosphore blanc. Les États-uniens se vengeaient alors de la mort de deux des leurs, attrapés par des «insurgés» qui avaient raison de l’être. Le massacre fut semblable à bien d’autres, inutile et destiné visiblement à assouvir la soif de vengeance des envahisseurs. Ironiquement, la situation est pire en Irak, qu’elle fut sous Saddam Hussein et ce n’est pas près de s’améliorer, maintenant que les occupants lèvent les bottes. La guerre intestine reprend de plus belle et le gouvernement est sur le point de basculer, laissant place au vide politique et à une potentielle guerre civile.

Il faut que j’en cite d’autres, des exemples de contradictions? Nous allons y passer quelques mois, je vous le dis! Je pourrais citer tous les pays d’Amérique latine, où les Yankee ont posé leurs sales bottes pleines de sang. Je pourrais citer les pays de l’Asie; Indonésie (Suharto), Philippine, ou la Corée du sud, où Park Chung-hee sévit et élimine beaucoup d’opposants politiques, l’Égypte (instauration de la dictature de Mubarak dans les années 1980, par un Coup d’État de la CIA…), la Tunisie (Où en même temps qu’en Égypte, on installe la dictature des Ben Ali…), etc..

En bref, Washington, Paris et Londres n’ont aucune leçon à donner à quelconque gouvernement de ce monde.

Les États-Unis d’Amérique qui par exemple s’insurgent du «nucléaire» chez ses adversaires, est néanmoins le seul pays de toute la planète à s’être servi de cette arme, à deux reprises en moins de 4 jours, et à chaque fois, contre des villes dépourvues de soldats, mais bel et bien habitées par des civils. Quel exemple de maturité inébranlable!

Qui sait qu’à Séoul, plus de 1000 ogives nucléaires états-uniennes pointent depuis la guerre froide, sur la tête des Nord-Coréens, alors que la «communauté internationale» s’offusque du seul essai nucléaire du régime de Pyongyang? D’ailleurs, alors que les Russes pointaient de Cuba, des armes nucléaires sur Washington, qui s’en plaignait, cette dernière en pointait également contre Moscou, depuis la Turquie…

Cul de sac

Bien beau tout cela, mais il y a les droits de véto. Alors personne ne peut accuser les États-Unis d’Amérique, la France ou la Grande-Bretagne d’avoir commis des crimes de guerre… Les États-Unis d’Amérique ont le droit, comme ces autres États membres permanents du Conseil de Sécurité, de massacrer qui ils veulent. À preuve, la France et Kadhafi. Kadhafi fut d’abord bombardé par un avion français avant que les terroristes du CNT n’achèvent le vieillard. Il n’y aura aucune condamnation et pourtant, Hillary Clinton appelait ouvertement et publiquement à l’assassinat du dirigeant libyen. C’est un appel au meurtre, mais comme la Justice est à sens unique, madame Clinton ne risque rien. Si moi j’appelais à ce qu’on assassine George Walker Bush Jr et son père, je serais accusé d’appel au meurtre, puisque c’est illégal. Mais madame Clinton, elle, a le droit de le faire. C’est ce qu’il faut comprendre de cette grande Justice, elle est relative. Encore au portefeuille, naturellement. Vive le capital.

Quant aux droits de véto, ils assurent aux États membres du Conseil de sécurité permanent, un blindage contre de telles accusations à leur endroit. S’il fallait que les États voyous qui y ont été accusés paient pour leurs crimes, il y aurait belle lurette que Pékin, Moscou, Washington Londres et Paris seraient en faillite! S’il fallait que Washington subisse toutes les accusations qui l’ont touché au Conseil de Sécurité, elle serait sous pire embargo que celui qui afflige Cuba! S’il fallait que Tel-Aviv paie pour les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité, qu’elle a générés, elle serait aussitôt considérée comme un État voyou et serait boycottée par les pays du monde, comme c’est le cas pour les pays «ennemis», comme l’Iran ou la Syrie! Il y a donc double mesure! Et d’ailleurs, où sont les agents de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique sur cette question? Qu’attendent-ils pour envahir et inspecter les installations nucléaires israéliennes, qui ne sont pas déclarées? Israël possède plus de 600 ogives nucléaires et un programme complet de fabrication d’armes chimiques comme bactériologiques, mais personne ne peut l’en empêcher, puisque Washington applique son droit de véto lorsque vient le temps de punir la fautive.

Conclusion? Faites-moi part de la vôtre. La mienne? La Justice Internationale est un mythe, la justice, ce sont les puissants qui la dictent et l’appliquent. Les gagnants réécrivent l’histoire et les perdants rendent des comptes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :