Quand le matérialisme s'en mêle…

Le CAQ, le parti politique des 1%!

Posted in Uncategorized by sylvainguillemette on 21 novembre 2011

La Coalition pour l’Avenir du Québec prétend avoir un discours neuf, mais il ne saurait tarder à la contradiction de se manifester.

En effet, si ce nouvel «ADQ/Équipe François Legault» a vu le jour, c’est bel et bien pour mêler et diviser d’avantage les Québécoises et les Québécois. Les idées n’y sont pas neuves et y sont répétées par les mêmes vieux dinosaures qu’à l’époque des «lucides», des idées qui survivent surtout grâce à l’Empire Quebecor et ses couches pleines. Le CAQ n’est rien d’autre qu’une reconfiguration ou une «restructuration» comme diraient les ressources humaines, de l’ADQ de Mario Dumont. Les rats se sont dégoté un nouveau navire à chambrer et ils ne laisseront pas passer la chance de parasiter d’avantage l’Assemblée nationale du Québec.

La représentation démesurée de ce nouveau parti dans les médias laisse d’ailleurs douter des résultats des récents sondages et sur la valeur de ceux-ci, compte tenu de l’effort prononcé des médias de parler du si charismatique François Legault et de ses «nouvelles idées»…

Le CAQ présente donc l’idée de réduire les commissions scolaires à de simples agences amincies de 300 millions de dollars annuellement, du 600 millions qu’elles ont actuellement pour leur budget. Le CAQ présente ainsi un amincissement de vos services de 300 millions de dollars, des services que vous irez et devrez aller trouver ailleurs, pourquoi pas au privé…

Pareil pour la santé, le CAQ n’exclue pas la privatisation. Or, nous connaissons les termes de la privatisation et les conséquences de celle-ci, partout dans le monde. Elle réduit de taille, l’accessibilité et augmente les coûts per capita, des soins dispensés. Ce n’est pas envisageable. Et rappelons que l’universalité des soins de santé est née des ratées du privé en ce domaine. Nous avons décidé, étant donné les mauvais partages de la richesse, qu’il fallait universaliser les soins, puisqu’ils n’étaient accessibles qu’aux mieux nantis. Et c’est d’ailleurs toujours le cas, dans les pays où le privé domine. Certains diront qu’il peut être combiné au public, mais une réalité demeure. Qui peut entreprendre en la matière, sans capital préalablement acquis? Personne. Alors cette nouvelle branche entrepreneuriale ne pourra que servir les mieux nantis, qui par ces moyens de profiter des maladies d’autrui, perpétueront leur enrichissement individuel, concentrant donc d’avantage la richesse, qui l’est déjà pas mal.

Le CAQ veut juger les enseignants, mais refuse le jeu pour la partie patronale. De la sorte, on aurait été en droit de s’attendre à ce que les salariés puissent juger leurs employeurs, mais il en n’est nullement le cas pour l’instant. Le sens unique de la proposition laisse comprendre que le centre plaidé par ce parti, n’est rien d’autre que des prétentions. C’est bel et bien un parti de droite, avec ses contradictions.

Le CAQ qui se prétend au centre, est en réalité à droite toute. Avec une politique du déni du débat gauche/droite,  ou de celui de la nation, il se comporte en parfait laquais de la bourgeoisie en place, préférant le statu quo au changement, que désirent pourtant beaucoup de salariés du Québec, ceux-ci constatant la concentration de la richesse au sein de la minorité parasitaire bourgeoise. D’ailleurs, il incombe peut-être pour nous, d’expliquer aux «coalisés» que le centre est un mythe et qu’en cela, l’évidence d’une conciliation de classe proposée par ce parti nous permet de situer ce dernier dans la droite, et non au centre. Car c’est bel et bien l’invitation faite par Legault et ses forces, de nous voir, toutes et tous, unis, main dans la main. Or, les exploités n’ont que faire d’embrasser leurs exploitants et le refus du débat ne fait que démontrer le véritable visage de Legault, appelant à l’«Union Nationale», outre cette lutte de classe qui ne risque pas de mourir par péremption. Soutenir le système économique capitaliste et ses dogmes, c’est être d’emblée, à droite.

Quant au reste des idées de ce parti, on peut conclure qu’elles sont idéologiquement de droite; réduction de l’État, réduction des dépenses collectives pour les contribuables et augmentation des dépenses individuelles des contribuables, pour acquérir le service perdu au public, au privé, où il sera plus cher per capita, les contribuables perdant leur monopole. Par exemple, quand Legault parle de réduire les dépenses d’Hydro-Québec, comte-t-il reprendre l’idée de Mario Dumont, d’en privatiser une partie, au nom de l’enrichissement des Québécoises et des Québécois? Nous avions vite, à l’époque, démasquer l’affaire! Mario Dumont ne spécifiait pas, QUELS Québécois allaient s’y enrichir. Évidemment, nous avions quasiment tous compris que seuls ceux qui en avaient les moyens, auraient fait l’acquisition de ces titres coûteux. La concentration de la richesse ne pouvait qu’augmenter, au sein de cette minorité aux moyens financiers extraordinaires.

Il faut se faire conséquent, le CAQ est probablement le parti le plus à droite sur le marché des partis politiques, mise à part l’ADQ, avec sa caricature Deltell. Le CAQ reprend de vieilles idées préconçues par les capitalistes les plus extrémistes et cela, sans se raisonner à observer les mauvais partages de la richesse dans nos sociétés capitalistes. Le tout ne peut mener qu’au totalitarisme.

Alors voilà que je vous mets en garde, en garde contre cette tentative de déstabiliser et de réduire les forces prolétaires, à l’asservissement total, cela, au nom du capital. Les dogmes du capitalisme nous invitent aujourd’hui à laisser tomber les 99% de la population, afin de répondre aux caprices du mince 1%, mieux nanti. Il est là, le problème avec Legault et les autres capitalistes. Ceux qu’ils défendent, par leur servitude, vivent de nos besoins et de nos labeurs. Ils s’enrichissent au dépend de la société laborieuse. Ils vivent à notre crochet. Et ce que veulent Legault et les autres de sa trempe, c’est de perpétuer les dogmes de ce système véreux, lequel assure aux riches, l’enrichissement. Nous en sommes là, avec Legault, qui désire la perpétuité de ce système économique, qui ne sert pas l’Humanité, mais une minorité parasitaire.

Cela mène donc au constat suivant : François Legault ne sert pas les 99%, il sert la bourgeoisie, soit le 1% de la population qui vit de la misère des 99%. François Legault n’est pas de sont temps. Il peut remercier Radio-Canada, Quebecor et les autres médias bourgeois du Québec, pour la couverture qui lui est offerte, dépassant indéniablement celle de tous les autres politiciens du pays.

La Coalition pour l’Avenir du  Québec n’est rien d’autre qu’un ADQ2, figé dans le temps, ne prenant pas connaissance des ratées du capitalisme, un système lui aussi, dépassé.

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] À l’action ! : Le CAQ, le parti politique des 1%! […]

  2. Serge-Étienne Parent said, on 25 novembre 2011 at 23:56

    Je ne suis pas aussi sévère que vous envers François Legault, mais je suis d’accord sur le fait que le système sur lequel il semble s’aligner (le néo-libéralisme) est dépassé. La CAQ me semble en fait désespérément empreint de banalité. J’ai d’ailleurs publié une caricature sur le blogue « Sur la place publique »:
    http://www.surlaplacepublique.org/2011/11/09/shampoing-caq-3-dans-1/

    • sylvain guillemette said, on 26 novembre 2011 at 13:29

      Jolie caricature! Ha ha!

      «mais je suis d’accord sur le fait que le système sur lequel il semble s’aligner (le néo-libéralisme) est dépassé.»

      En effet, c’est dépassé, puisque nous observons aujourd’hui, la saveur de cette idéologie. Nous observons dans toutes nos sociétés capitalistes, la concentration de la richesse et celle du pouvoir d’entreprendre, par conséquent.

      Cela dit, ce n’est pas tant parce qu’il prône cette idéologie tordue qu’il m’agace, mais parce qu’il fait lui-même partie de cette minorité avantagée, par cette idéologie. Il plaide en sa faveur, et c’est bien normal! Mais je ne peux m’y retrouver, puis que je suis un salarié.

      Rappelons que Legault est pour la privatisation de la santé, en partie et qu’il émet la même doléance en ce qui concerne Hydro-Québec, où il aimerait voir plus d’intérêts privés. C’est pas mal comme ce que proposait Mario Dumont, avec une privatisation partielle d’H-Q, laquelle disait-il, nous enrichirait… Or, lorsque nous nous posions la question à savoir qui s’y enrichirait, la réponse était fort simple! Ceux qui en avaient les moyens, auraient pu acquérir quelques actions, et du coup, nous aurions perdu notre monopole, et le prix du courant aurait été quintuplé, par la force du marché et l’obligation du Québec à s’y ranger.

      Legault ne propose en réalité, rien de neuf. Il propose plus de privé, moins d’État. Moins d’État signifie, moins de services publics, des services qui, si vous en avez besoin, se trouveront désormais au privé, où le coût per capita gonfle nécessairement.

      Legault est l’ennemi des salariés, quand ceux-là auscultent ses énoncés. Nous n’avons rien à gagner à nous libéraliser d’avantage, les ratées du sud m’en témoignent, et celles du monde entier achèvent le «mourant».

      Le capitalisme et ses dogmes, y en a marre. Tant que nous ne nous débarrasserons pas du système financier lui-même, nous pelletterons les problèmes d’écart de richesse par en avant. Le jeu auquel nous jouons, a les dés pipés, par ceux et celles qui s’y avantagent. Legault et ses amis, dont Sirois, évidemment. Rappelons que Legault est un employeur, membre des 180 000 de son espèce au Québec. Je fais partie, moi, des millions d’autres qui vendent leur force de travail, pour faire fructifier le capital investi, investi par ceux qui le possèdent. Je le fais pour subvenir à mes besoins et certainement pas parce que j’y tire mon compte. Je n’ai pas le choix, si je veux un toit, et si je veux nourrir mes trois enfants, le chat et le chien. Alors qu’eux…

      Mais bon, chacun son observation des faits. Et en passant, je suis aussi de Québec-solidaire, circonscription de Berthier. Mais je ne suis pas très actif ces temps-ci.

      Solidairement,

      Sylvain Guillemette

      Lanaudière

  3. Serge-Étienne Parent said, on 22 novembre 2011 at 01:17

    C’est bien connu, les gens votent pour les politiciens qui disent ce qu’ils veulent entendre. Puisque la CAQ n’a jusqu’à maintenant pas dit grand chose, les gens l’appuient en lui attribuant des positions sur lesquelles elle ne s’est toujours pas prononcé, s’appuyant sur le fait qu’elle n’a encore rien dit d’offensant. On sait pourtant que M. Legault loge au centre de gravité entre le PQ, le PLQ et l’ADQ. Un PQ dénationalisé, un PLQ renouvelé, un ADQ en moins taouin. Il n’y a pas à espérer à du renouveau côté idées. Mais sur le ton, M, Legault est sobre et intelligent. Il pourrait, tout au plus, rehausser le niveau du discours, qui est aujourd’hui plutôt pathétique. Donnons-lui au moins cela!

    • sylvainguillemette said, on 25 novembre 2011 at 22:44

      Mais cela, certes, nous lui donnons la politesse, mais Amir Khadir et bien d’autres intervenants le faisaient déjà depuis belle lurette…, nous étions tout simplement tous privés de leur opinion via les médias de masse parce que ces derniers poussent des candidats issus de la brochette de libéraux et de néo-libéraux. Des capitalistes sans exception, qui ne promettent surtout pas la révolution, mais bel et bien le statuquo quant aux relations humaines qui existent entre les «salariés» (prolétaires) et les employeurs (bourgeois). Sa politesse m’importe donc très peu. Très beaux discours, certes, mais totalitarisme quand même. Je m’explique.

      Il nous appelle à l’union nationale, sans préciser le nationalisme y régnant, donc à l’unité des classes, puisqu’elles existent et qu’elles y seraient conséquemment soumises. L’unité des classes propose donc la conciliation des classes, soit que les salariés marchent main dans la main avec les employeurs, sans revendication plus enthousiaste que de bonnes conditions de travail, sécuritaires surtout. Or, les exploités pourraient revendiquer l’abolition de l’exploitation de leur labeur, une exploitation qui se caractérise via les moyens de production du propriétaire de ceux-ci, soit le bourgeois, l’employeur. Et c’est précisément l’existence de ces différences d’intérêts de classe qui nous permet d’affirmer que celles-ci existent.

      Il y a d’abord indéniablement l’existence d’intérêts forts différents entre les employés et les employeurs, lesquels amènent d’ailleurs inévitablement ces deux classes à la confrontation. L’enrichissement par ailleurs, de la classe minoritaire qui possède les moyens de production, nous précise que l’un s’enrichit plus vite que l’autre, bien qu’il ne participe pas physiquement à la fructification du capital investi -Le capital investi est lui-même mal réparti et déjà concentré entre membres de cette minorité possédant les richesses sur la planète Terre. On ne peut donc pas dire qu’il y a liberté d’entreprise partout dans les systèmes capitalistes, parce que préalablement, il faut posséder un capital, pour l’investir et entreprendre.-. Or, le capital n’étant pas réparti, ils ne peuvent être que minoritaires éligibles à la «liberté d’entreprendre».

      Alors que plaident-ils, ces illuminés de libertariens et ces autres opportunistes comme Legault, voulant faire plus de place pour le privé (On vient de voir que le capital n’est pas réparti et que la liberté d’entreprendre était relative aux conditions vous étant imposées, selon les conditionnements imposés d’emblée.)?

      Quant aux médias, ils ne font que parler de lui. Quand il va péter, un micro s’approchera de l’orifice pour voir si des idées ne s’y cacheraient pas. Amir n’a jamais eu cette couverture. On a préféré s’en tenir à privilégier les couches pleines de Richard Martineau, le torchon le plus «regardé» du Québec -regardé parce qu’il n’y a que les images qui y vaillent…-, qui s’en tenait à dire que de lancer des souliers sur une effigie d’un des pires tueurs de masse de l’histoire du 21e siècle, ça n’avait pas sa place, tout en fermant sa grande gueule sur le Coup d’État en Libye qui vient d’installer eh oui, une dictature islamiste qui installera la charia (Je parie que si Martineau avait été invité à la cérémonie de hier, pour valoriser les terroristes de l’OTAN, il y serait allé, opportuniste qu’est ce minable.)

      N’allez surtout pas nier que les médias ne font que parler de lui. Radio-Canada le cite dès qu’il baille. LCN et TVA en général, le vénèrent tel un sauveur, un Jésus des temps modernes. Qui n’en parle pas, plutôt? Même nos réunions de parti d’opposition en parlent. Alors? Nous n’avons pas le choix, les médias l’ont pris comme dauphin du capitalisme au Québec. Les médias vendus que nous avons, servent de toute façon les mêmes intérêts.

      La politesse, ça n’est que ce que c’est. De la politesse. Qui sait, Adolf Hitler était peut-être poli. Staline aussi… Et que dire de Pinochet, il était peut-être poli? C’est une des idoles d’Éric Duhaime, le gars qui ne s’est jamais trouvé un vrai travail, comme Jeff Fillion. Pourquoi se rendre utile quand on peut parasiter la population mondiale après tout? Éric Duhaime a déjà dit qu’Amir Khadir avait un agenda caché, islamiste. Diffamation. Alors qu’Éric Duhaime, lui, est allé en Irak occupée, par les États-Unis d’Amérique et leurs larves d’alliés, apeurés par les menaces de l’Empire au cas échéant.

      Personnellement, j’emmerde Legault. C’est un bourgeois qui ne propose rien de mieux que la perpétuité de l’exploitation des masses laborieuses par les minorités parasitaires, une hiérarchie qui l’avantage. Il faut toujours se demander à qui paie le crime.

      À qui ça paie, d’avoir un système de santé universel? À qui ça paie d’avoir une accessibilité aux études de basse comme de haute qualité? À qui ça paie, les guerres et les invasions de pays étrangers? Legault dit que le Québec n’est pas à rêver son indépendance, mais nous devons l’amener à y rêver. Je ne suis pas nationaliste, mais je ne peux pas non plus, soutenir ce qui se passe au Canada et à mon avis, il n’a jamais été aussi urgent de faire l’indépendance du Québec, afin de s’extirper de ce tourbillon militariste qui risque malheureusement, de punir un jour la population canadienne, voire nord-américaine.

      Je ne suis pas canadien et je ne porterai jamais ce drapeau taché de sang d’innocents. Legault peut bien se forcer à la tâche, mais ce n’est pas moi qui l’aiderai à porter le «saint unifolié.

      Solidairement,

      Sylvain Guillemette

      (Je ne porte aucun ton à cette réponse, je ne veux pas vous rabrouer sur votre appréciation de sa politesse, je désirais simplement soumettre mes impressions de cette hypocrisie, à mes yeux du moins.)

      Je préfère voter pour des partis politiques qui défendront d’avantage mes intérêts d’exploité et si j’avais le choix, je choisirais la révolution.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :