Quand le matérialisme s'en mêle…

L’hypocrisie des damnés

https://i1.wp.com/rlv.zcache.com/barack_hussein_obama_hypocrite_button-p145624699710200248t5sj_400.jpg

Hier, dans un point de presse n’étonnant en rien, les trois mousquetaires du capitalisme se sont rués contre les socialistes de l’Amérique latine, arguant qu’ils étaient hypocrites de critiquer la position timide de Washington vis-à-vis le coup d’État du Honduras, tout en critiquant la position ferme de la capitale impériale vis à-vis les autres pays d’Amérique latine.

En fait, l’hypocrisie vient tout directement d’Obama lui-même, qui justement, se permet d’intervenir auprès des autres nations, socialistes surtout, comme le Venezuela (Coup d’État de 2002, la C.I.A. avait comploté avec l’opposition de Carmona.), tout en fermant les yeux sur le coup d’État orchestré au Honduras, par des officiers honduriens entraînés, eux,  par les autorités états-uniennes faudrait-il préciser. Et comment, Obama lui-même peut-il expliquer cette montée de lait, vis-à-vis ceux qu’il nomme hypocrites, alors qu’il est un fait, aujourd’hui surtout, très clair, que les États-Unis se sont toujours préoccupés de déstabiliser les pouvoirs à tendances socialistes, soit en sabotant l’économie, soit en assassinant des socialistes ou soit en menant des coups d’État sanglants.

Également, Obama, dans les premières 48 heures du coup d’État, faut-il rappeler, n’avait émis aucune condamnation, mais plutôt, une «sérieuse préoccupation» quant au coup d’État ayant balayé le dirigeant Zelaya du pouvoir (Les jours suivants, Washington condamnait les talibans d’exhiber un prisonnier états-unien à la télévision, elle qui n’hésite pas à montrer ses bombardements sur CNN!). Il est également important de préciser que les putchistes, avec l’aide d’Obama, et de son clan (Harper-Calderon), ont gagné du temps, car au mois de septembre viendra une élection à laquelle, constitutionnellement, Zelaya n’aura pas droit de participer. Autrement dit, l’affaire est dans la poche pour les putchistes et Obama, bref, pour les capitalistes de tout acabit, car un socialiste sera écarté du pouvoir et de toutes chances de se représenter, la raison d’ailleurs, qui a poussé les putchistes à agir, de peur que le socialisme ne se développe en leur sol. Cela explique, bien entendu, la timidité d’Obama, l’hypocrite.

Il n’est pas non plus étonnant que le Canada de Stephen Harper ait critiqué les «hypocrites», puisque ce même Canada coopère, sous la tutelle des conservateurs, avec la Colombie d’Uribe, le narco trafiquant et terroriste leader de la Colombie. L’an dernier, pas moins de 97 syndicalistes furent assassinés par les paramilitaires colombiens, avec lesquels coopère le gouvernement Uribe. Il y aurait eu, depuis quelques années, près de 300 massacres distincts de prétendus socialistes en Colombie, tous orchestrés par les paramilitaires, à la solde d’Uribe. Stephen Harper a récemment, signé un tas d’accords commerciaux avec la Colombie, sous tutelle  terroriste. Notons que Harper ne collabore avec aucun des pays dits «socialistes» ou «hypocrites», mais qu’il vénère plutôt, la coopération avec les plus dictatoriaux d’entres eux, sinon les plus brutaux, voire les pays capitalistes seulement. Sauf qu’en Amérique latine, rarement sont les gouvernements capitalistes qui furent élus.

Alors non, les socialistes ne sont pas hypocrites, mais soulèvent, justement, une très bonne question! Comment est-ce possible que Washington ne pense rien, tout à coup, des coups d’État, mais qu’elle a pendant des années, soutenu des coups d’État contre les régimes à tendances socialistes? Comment se fait-il que lorsque le président Obama fut questionné sur le coup d’État, plutôt que de le condamner, ne s’est dit que profondément préoccupé? Il y a toute une différence, entre la préoccupation et la condamnation. Aussi, permettons-nous de supposer qu’Obama prenait surtout le pouls de l’opinion publique, voire internationale. Et c’est d’ailleurs après que la plupart des pays du monde aient condamné le putch qu’Obama s’est ensuite prononcé. Ce qui est rare à la maison blanche…, sauf si…, sauf si la maison blanche était derrière ce coup d’État.

Les hypocrites sont donc, bel et bien, les démocrates de Barack Obama, les conservateurs de Stephen Harper et les putchistes de Calderon*.

Il serait donc non exagéré de prétendre qu’Obama, Harper et Calderon sont en fait très contents de la situation hondurienne, qu’ils auront, ces prochaines années, un socialiste de moins dans leurs pattes!

Depuis l’élection de Chavez, rappelons que CNN, et les autres médias à la botte de Washington, ne manquent pas une chance de diffamer sur le dirigeant socialiste, sinon d’inviter des pasteurs** appelant à l’assassinat de Hugo Chavez par la C.I.A..

Il est parfaitement hypocrite de la part d’Obama de se dire contre ce coup d’État, c’est un mensonge. Pareillement pour Stephen Harper, qui n’hésite pas à collaborer avec le terroriste Uribe ou à accuser les socialistes d’être à l’origine d’un soit disant complot socialiste, en ce qui concerne le réchauffement climatique reconnu scientifiquement. Pareillement pour Calderon, qui n’hésite pas à réprimer dans le sang les mouvements contestataires de son pays.

*Rappelons que même le pouvoir de Calderon était questionné, voire contesté par l’opposition Obrador.

**Pat Robertson avait clairement invité le gouvernement Bush, à l’époque, afin qu’il fasse assassiner le président démocratiquement élu du Venezuela. Personne n’a accusé le pasteur d’inviter à la violence, surtout pas Washington!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :